Loading

DĂ©couverte de l’Etat Shan : Le Lac Inle et Pindaya

DĂ©couverte de l’Etat Shan : Le Lac Inle et Pindaya

Sur les rives du Lac Inle

Direction le Lac Inle en bus depuis Yangon ! Si nous devions résumer notre trajet de 12h, ce serait :

  • des siĂšges trĂšs confortables,
  • une climatisation un peu trop forte… (13°c dans le bus vs 29°c Ă  l’extĂ©rieur),
  • une tĂ©lĂ©vision qui dĂ©file en boucle un show avec musiques birmanes ou reprises connues : City fm award 11th anniversary.

Heureusement, on était paré : pulls polaires + écouteurs avec notre musique sinon le trajet aurait été assez pénible :-P.

Moto prĂšs du lac Inle

Moto prĂšs du lac Inle

ArrivĂ©s Ă  Nyaungshwe, une navette nous conduit jusqu’Ă  notre hĂŽtel : le Golden Dream. L’hĂŽtel nous prĂȘte des vĂ©los et nous nous baladons dans la ville et sillonnons les bords de rives du lac. En passant par le port, on rĂ©serve nos deux places pour l’activitĂ© incontournable ici : un tour en bateau Ă  moteur sur le Lac Inle. On part ensuite dĂźner au restaurant Sin Yaw… Tout simplement un rĂ©gal. Si vous allez un jour au Lac Inle, mangez lĂ -bas, ça vaut le dĂ©tour. On y est retournĂ© deux fois tellement c’Ă©tait bon ! N’hĂ©sitez pas Ă  prendre le pancake chocolat banane, c’est dĂ©licieux !

Le lendemain, aprĂšs un petit-dĂ©jeuner ultra-copieux, nous embarquons Ă  7h30, le bateau est Ă©quipĂ© de deux larges chaises en bois revĂȘtues de petits coussins pour ĂȘtre Ă  l’aise (une fois installĂ©s, comment vous dire…ça fait un peu trop colonial). Il y a Ă©galement des parapluies et on sait maintenant ĂŽ combien ils sont utiles!

Sur le Lac Inle

Sur le Lac Inle

La journĂ©e s’annonce plutĂŽt belle. On a mĂȘme droit Ă  quelques rayons de soleil tĂŽt le matin, mais le temps s’assombrit rapidement. La petite virĂ©e se fera donc sous le ciel gris et la pluie (encore!), on admire les habitations sur pilotis, les jardins flottants, les locaux sur leurs pirogues… Notre premier arrĂȘt est le Taung Tho market, un marchĂ© traditionnel birman. (Avec tout de mĂȘme ses Ă©choppes attrape-touristes.) On y prend quelques photos puis on se laisse guider par le conducteur du bateau, mais finalement c’est une mauvaise idĂ©e…Nous ferons le circuit touristique trĂšs classique, c’est Ă  dire la « dĂ©couverte de l’artisanat local ». L’idĂ©e n’est pas mal en soit, mais vraiment trop touristique Ă  notre goĂ»t. On y croise des wagons entiers de touristes faisant le mĂȘme tour que nous et cela perd de son charme et de son authenticitĂ©.

Le Lac Inle est aussi connu pour ses fameux pĂȘcheurs qui pagayent avec une jambe enroulĂ©e autour de leur rame tout en pĂȘchant avec leurs filets. En ce qui nous concerne, nous en avons vu qu’un durant tout le trajet et il a Ă©tĂ© littĂ©ralement pris d’assaut par les touristes. En plus de cela, Il ne pĂȘchait pas vraiment et se contentait de prendre la pose devant les touristes. Bref, tout ça pour vous dire que vous ne verrez aucune photo digne de ce nom des pĂȘcheurs du Lac Inle :-/… #bigfail Pour espĂ©rer voir plus de pĂȘcheurs, il faut plutĂŽt privilĂ©gier une promenade sur le lac en fin de journĂ©e.

Une chose reste tout de mĂȘme authentique durant toute cette balade : les visages Ă©clairĂ©s de grands sourires et « coucou » des birmans que nous croisons aux abords du fleuve.

Pindaya : « Oh my buddha ! »

Pindaya

Pindaya

AprĂšs 2 jours passĂ©s au Lac Inle, direction Pindaya, cĂ©lĂšbre pour sa grotte remplie de milliers de statues de bouddha. Au mois de septembre, il y a trĂšs peu de bus allant dans cette direction, on se retrouve donc Ă  Shwenyaung dans un minibus local transportant plus de marchandises que de personnes, le genre de bus que l’on voit Ă  la tĂ©lĂ© mais que l’on ne s’imagine pas prendre un jour. Les passagers nous aident Ă  trouver une place pour nos sac Ă  dos et nous libĂšre de la place pour que l’on puisse s’assoir l’un Ă  cotĂ© de l’autre. AprĂšs 1h30 de trajet, on arrive Ă  Pindaya, ville beaucoup plus rurale que les prĂ©cĂ©dentes.

En cherchant un hĂŽtel, nous nous arrĂȘtons devant une maison oĂč des femmes sont en train de trier des herbes fraichement rĂ©coltĂ©es et leur demandons notre chemin, mais aucune ne parle anglais. Une femme Ă  l’intĂ©rieur appelle alors instantanĂ©ment son fils qui se dĂ©brouille un peu en anglais et qui pourra peut-ĂȘtre nous renseigner. Il nous dit d’attendre et revient les bras chargĂ©s de deux grands bols de tapiocas au cafĂ©, deux chaises et son petit dico d’anglais. Sa mĂšre insiste pour qu’il parle anglais avec nous. En une heure, nous ferons connaissance avec presque toute la petite famille puis repartons Ă  la recherche d’un hĂŽtel qui sera finalement le Pindaya Hotel (comme Ă  Yangon et Inle, on est quasiment les seuls dans l’hĂŽtel).

Bouddhas dans la grotte de Pindaya

Bouddhas dans la grotte de Pindaya

On se lĂšve assez tĂŽt et on part Ă  pied jusqu’Ă  la grotte en empruntant un long escalier (600 marches) nichĂ© Ă  flanc de montagne, nous laissant ainsi le temps d’admirer le paysage sous un grand soleil et beau ciel bleu. On est conquis! D’ailleurs, l’endroit nous rappelle un certain Ă©pisode de PĂ©kin Express pour ceux qui ont regardĂ©… On s’est amusĂ© Ă  monter en courant, c’est super crevant ;-).

En entrant dans la grotte, on fait face Ă  une multitude de statues de bouddha, il y en a partout et de toutes sortes accumulĂ©es au fil des siĂšcles ! La photo parle d’elle-mĂȘme, on a beaucoup aimĂ© cet endroit et n’avons pas du tout regrettĂ© notre petite escale Ă  Pindaya. C’est pour rejoindre Bagan que les choses ont Ă©tĂ© beaucoup plus compliquĂ©es niveau transport. Mais aprĂšs 13 heures, 2 bus et 350 kilomĂštres parcourus, on arrive enfin Ă  Bagan, la ville que nous attendions avec impatience!

 

Galerie photos

Informations pratiques

  • EntrĂ©e RĂ©gion Inle : 10$ / personne
  • Location bateau privatif pour la journĂ©e : 23000 MMK
  • EntrĂ©e Danu (Pindaya) : 2$ / personne
  • Taxi tuk tuk de Nyaung Shwe Ă  Shwenyaung : 3000 MMK / personne
  • Minibus local de Shwenyaung Ă  Pindaya : 5000 MMK / personne
  • Bus de Aung Pan Ă  Bagan : 14000 MMK / personne
Christelle & Thomas

Christelle & Thomas